• Uranus

    Bien loin il y a Uranus
    Je regarde le ciel plein d'étoiles
    Brillantes dans la nuit sans voile.
    Près de moi, il y a mon chat
    Et prénommé Plutus,
    Le donneur de fortune,
    Qui ne m'a pas donné
    La moindre petite thune
    Ni même un peu de blé.
    De son regard oblique,
    Il m'observe, angélique.
    Sa fourrure se retrousse.
    Sous ma main, Plutus se trémousse,
    S'étire en baillant, ronronne.
    Doucement il se pelotonne.
    Lointaine, une cloche résonne.


    Bien loin il y a Uranus
    Je regarde le ciel plein d'étoiles
    Brillantes dans la nuit sans voile.
    Je suis seule auprés de mon chat
    Et partout sur la terre,
    Il éclate des guerres,
    Dues à des folles chimères.
    Oui l'homme crée son enfer,
    Car à chaque instant
    Il se trouve mécontent
    Trop souvent de son sort
    Alors il fait des morts.
    Toute cette humanité
    Ne désirant que le pouvoir,
    Elle ne cesse que de vouloir
    Et surtout de réclamer.


    Bien loin il y a Uranus
    Je regarde le ciel plein d'étoiles
    Brillantes dans la nuit sans voile.
    Je suis seule auprès de mon chat
    Tous les peuples s'enchainent
    Ils hurlent et se déchainent,
    Dans leurs regards la haine.
    Hélas l'homme n'est pas bon.
    Même s'il est noir ou blond.
    Il est plein de vengeance
    Et chargé de violence.
    Danc un chaos immense
    La terre a les idées confuses
    Et partout le mal se diffuse
    L'atmosphère a un goût amer
    Des relents de poudre meurtrière
    Il faut tirer l'alarme
    Détruire toutes ces armes
    QUi font votre admiration
    vos têtes sont à leur invention
    Dans une énorme fascination
    Il faut cesser vos exactions.


    Bien loin il y a Uranus
    Je regarde le ciel plein d'étoiles
    Brillantes dans la nuit sans voile.
    Je suis seule auprès de mon chat.
    Je suis sans importance
    J'ai peu de connaissances.
    Enfin j'ai une nausée
    De tous ces maux couvés
    Dans un monde implacable
    Dont la fin est inéluctable.
    Je suis sans influence
    Sans aucune assistance.
    Bien sûr j'aboie dans le désert
    D'un monde qui marche en arrière.


  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Octobre 2006 à 19:45
    tu
    abois dans le désert d'un monde qui marche en arrière. J'aime cette image.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :