• Un petit jardin

    Dans un petit jardin


    Pas plus grand qu'un bassin


     ou plutôt qu'une bassine


    Il y a une glycine


     Qui court sur la clôture


    Faite d'un long et vieux mur.



    Le jardin en friche


    Complètement s'en fiche.


    L'herbe monte aux genoux


    Au sol, les capucines


    S'emmêlent et se nouent


    Sur les pierres et les cailloux.



    Le jardin en prison


    Qui a pour horizon


    Et unique raison


    Les toits de deux maisons,


    Apreçoit les saisons,


    Le soleil vagabond




    Dans le soir rouge et brun


    Mon jardin sent le thym


    Et puis le romarin.


    On marche sur le plantain,


    On arrache quelques brins


    De ses feuilles satins.


     



    Farouchement, les roses


    Multicolores, s'éclosent.


    Des papillons s'y posent


    Longuement se reposent


    Puis s'en vont sur un lys


    En frôlant les iris.



    Il y a la verveine


    Soignant les maux et les peines,


    Dont la senteur des veines


    Imprègne de toute part


    De son parfum bizarre


    De citronelle rare.



    Un coin d'hortensias,


    Une bordure de thuyas


    Et de blancs pétunias


    Tendrement encombrent


    Un espace sombre


    Et noyé dans l'ombre.



    Sur une marche un lézard


    Venu à tout hasard,


    Rapidement inspecte


    Vite, en tournant la tête


    En cherchant les insectes


    Dont il se délecte.



    Enfin, loin de la ville


    Tout est calme et tranquille.


    Par les herbes, envahi,


    Sous le soleil qui rit,


    Le jardin s'assoupit


    Solitaire, insoumis



     


    Lumière des Ombres


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :