• la fin tant attendue : Chapitre 18

     



     



    Le regard légèrement fixe Claire regardait défiler le paysage. Assise dans le Train à Grande Vitesse qui les amenait tous les deux à Amsterdam, elle sentait chaque vibration de l'engin au plus profond de son corps. Empalée de puis le départ du train sur un sexe en latex vraiment large et profond, elle sentait ses entrailles complètement défoncées et l'objet se frayer un passage millimètres par millimètres en elle. Rien d'autre n'importait. Ses fesses mises à nues reposaient maintenant sur le siège, les <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:metricconverter ProductID="22 centimètre" w:st="on">22 centimètre</st1:metricconverter> s'étant finalement introduit en elle, lui faisant terriblement redouter le moment où il faudrait l'enlever, où la douleur prendrait un tour aigüe.

     

    Ils partaient juste deux jours en amoureux. Claire portait un collier en acier, fait sur mesure en Allemagne, pesant au bas mot 1kg et qui l'obligeait à tenir la tète très droite. Il était particulièrement suggestif et elle se sentait pour une fois un peu gênée, surtout quand elle avait vu Jean prendre la laisse dans sa poche. Sa jupe en latex était étalée en corolle autour de ses jambes, seules ses chaussures dépassaient. C'était une nouvelle paire que Jean lui avait offerte avant de partir. Ce n'était même plus des talons aiguilles, mais des ballerines : son pied était à la verticale, le talon mesurant alors près de <st1:metricconverter ProductID="20 cm" w:st="on">20 cm</st1:metricconverter> et quasiment à la hauteur de son pied. Elle ne reposait que sur le bout de ses orteils et sa démarche était très difficile. Ces "ballerines" un peu spéciales se refermaient avec un anneau en métal cadenassé, renforçant sa gêne. Elle était totalement indécente, mais dans le wagon de première classe, personne ne montrait qu'elle marquait les esprits.

     

    Juste avant l'arrivée, Jean lui avait mis en place une ceinture permettant de maintenir le monstre en elle. Claire ne savait pas si elle devait l'en remercier ou le maudire, ne sachant pas si ses jambes pourraient la porter, elle se sentait déjà épuisée et cassée de l'intérieur, mais heureuse de la lueur dans le regard de son maître, de son souffle court qu'elle avait appris à reconnaître quand elle l'affolait. Elle était prête à toutes les folies pour ne serait ce qu'un court instant de ce bonheur là.

     

    La chambre à l'hôtel de l'Europe était petite mais avec plein de charme, et surtout une vue sur les canaux qui ressemblait au paradis. Epuisée, Claire s'effondra au sol en implorant son maître de la libérer, ses reins explosait, elle avait l'impression d'avoir le ventre défoncé définitivement. La marche avec ses chaussures n'avait rien arrangé et si Jean ne l'avais pas soutenue, elle se serait effondrée dans la rue. Il prit beaucoup de temps pour la libérer, non pour en jouir mais pour soulager la douleur, ne pas la brutaliser. Pourtant Claire s'effondra à l'instant ou l'objet noir glissa définitivement en dehors d'elle, comme vidée de toutes forces. Jean la prit dans ses bras, et la porta dans le grand lit, la borda, baissa les lumières, et resta ainsi longuement à la regarder dormir.

     

    Repensant à ce regard qu'il avait vu chez elle la première fois, comme il avait senti quelque chose de magique sans être capable de mettre le doigt dessus, cette exquise et profonde féminité, douceur, passivité. Claire ne se rendait pas compte de tout ce qu'elle lui apportait, du bonheur qui lentement s'insinuait en lui, de la façon dont il évoluait et comprenait tant de nouvelles choses dans leur relation... Plus tard ses mains vinrent à la rencontre du corps souple et chaud de Claire. Elle était encore endormie tandis qu'il la délaçait, ayant envie de toucher et caresser son ventre, doucement tendrement, pour qu'elle sente qu'esclave, il l'aimait aussi, surtout, comme femme. Il fut récompensé d'un sourire radieux avant qu'elle n'écarquille ses yeux, comme si elle voulait le dévorer ainsi. Ils firent l'amour tout doucement, sensuellement, et c'est avec tendresse qu'il la vit prendre plusieurs fois de suite son plaisir, comme si rien ne pouvait arrêter ses orgasmes successifs, nés du bonheur de se trouver, mais aussi du souvenir de son voyage éprouvant mais sensationnel.

     

    Lorsqu'elle fut à nouveau fermement lacée, le cou toujours pris dans sa gangue d'acier, Jean tira de sa pocha la laisse, et l'attacha à l'anneau central. A Amsterdam lui expliqua t'il, toutes les transgressions étaient admises, et il était assez tard pour ne pas choquer des personnes non averties. C'est ainsi qu'ils sortirent de l'hôtel, lui en costume noir, chemise sombre, trench coat marine, elle en fourrure, nue dessous en bas et corset, tirée par son collier d'acier, les mains menottées dans le dos, les pieds enfermés dans ces ballerines de contraintes, et reliés par une lourde chaine noire qui tintait doucement au gré de ses tous petits pas. Heureusement ils n'allaient pas très loin. Jean fut heureux de retrouver du premier coup ce bar qu'il avait découvert par hasard quelques années auparavant. Orné d'un énorme D, dont il ignorait la signification. Malgré l'heure peu avancée dans la nuit, le bar était déjà plein, d'une faune sortant du bureau et passant prendre un verre avant d'aller sortir faire la fête ou au contraire de coucher. Au milieu du bar, une très jolie hollandaise était étirée vers le haut par deux bracelets fixés au plafond et à une poulie, s'offrant aux regards et aux attouchements des autres habitués du bar. Son visage était totalement impassible, et son corps exprimait surtout le froid de la situation, couverte de chair de poule. Sur la suggestion d'un convive, dans un langage incompréhensible pour Claire et Jean, sa maîtresse s'approcha d'elle et commença à fouetter tout son corps nu offert avec un long martinet, s'attachant à couvrir chaque centimètre carré de son corps. Lorsqu'elle fut écarlate, du cou aux pieds, sa maîtresse se tourna vers jean pour lui demander quelque chose qu'il ne comprit pas. Son voisin lui offrit de lui faire la traduction. Après quelques allers et retours, Claire se retrouva sans manteau, les mains à nouveau cadenassées dans le dos, toujours perchée sur ses talons vertigineux, mais attachée par une sangle à la jolie hollandaise dont le regard s'était fait doux et tendre en la découvrant. Elles s'embrassèrent langoureusement sous les hourras joyeux des spectateurs pendant que la maîtresse de la hollandaise recommençait à la frapper, mais avec douceur et en rythmant ses caresses buccales. Instinctivement Claire offrit ses fesses, et <st1:PersonName ProductID="la Ma○tresse" w:st="on">la Maîtresse</st1:PersonName> ne se fit pas prier. Voyant que l'esclave de Jean ne se dérobait pas elle se mit à frapper de plus en plus fort, jusqu'à taper de toutes ses forces, ne se rendant pas compte des larmes qui coulaient des yeux de Claire, dont la bouche n'avait pas quitté celle de sa douce partenaire de souffrance. C'est rayonnante et sous les applaudissements de la foule qu'elle revint se mettre aux pieds de son seigneur et maître, fière, une fois encore, de lui avoir ce bonheur et ce plaisir.  Ses orgasmes à répétition l'avaient mise dans une forme incroyable, à moins que ce ne soit la sieste, et elle faisait confiance à Jean pour que la soirée continue longuement.



     Le réveil le lendemain fut très tardif et le petit-déjeuner plus proche d'un déjeuner que d'un croissant beurre. Toujours chaussée de ses chaussures maléfiques, elle n'en avait pas apporté d'autres, Claire et Jean partir se promener dans les rues d'Amsterdam. Au gré de leur pérégrination apparemment aléatoire, ils passèrent devant une petite boutique de couture en sous sol anglais. Jean pressa Claire pour qu'ils descendent découvrir ce qui pouvait bien se faire là. Au premier coup d'œil Claire sourit, se rendant compte que la chance n'était pour rien dans la découverte de cette grotte aux mille trésors. Ils étaient entrés chez bizarre design, <st1:PersonName ProductID="la Mecque" w:st="on">la Mecque</st1:PersonName> du corset sur mesure. Ils passèrent plus d'une heure à choisir tous les détails du futur corset de Claire, prendre ses mesures, comparer les tissus et les touchers. Elle était très frustrée de devoir attendre plusieurs semaines avant de porter son nouveau corset, plus étroit de <st1:metricconverter ProductID="12 cm" w:st="on">12 cm</st1:metricconverter> que l'ancien. L'artisan lui garantissait qu'elle perdrait encore <st1:metricconverter ProductID="10 cm" w:st="on">10 cm</st1:metricconverter> en plus des 15 qu'elle avait déjà perdu à la taille, ce qui ne manquait de l'impressionner mais aussi l'exciter. Dans un moment de répit, elle se pressa contre Jean et lui chuchota à l'oreille que si il voulait elle se ferait retirer des côtes flottantes pour être encore plus serrée suivant son plaisir. La réponse qu'elle sentit dans le pantalon de son seigneur et maître la fit glousser de plaisir. Juste avant de partir, Claire demanda à son maître pourquoi l'artisan avait pris tant de mesures, en particulier de ses cuisses, ses mollets, et même son cou, ayant du enlever le lourd collier un instant (elle s'était rendue compte qu'elle avait réussi à l'oublier et l'enlever lui avait été curieusement difficile, elle devenait vraiment folle !!!).



    Pour toute réponse, Jean eut un petit sourire et fit un signe à l'homme qui parti chercher dans la réserve un mannequin avec lequel il revint. Le mannequin portait une robe unique partant du cou jusqu'aux chevilles, ne formant qu'un seul et même corset du bas jusqu'en haut, lacé dans le dos tout le long. La rigidité était totale, il était impossible, ainsi vêtue, de se mouvoir autrement qu'à petits pas, impossible de s'asseoir, de se plier même. Les bras étaient enfermés dans un fourreau tiré en arrière. Claire était à la fois affolée, subjuguée, excitée, mais surtout terrorisée. Jean doucement vient se coller à elle pour calmer les tremblements qui la prenaient. Doucement il lui dit : « c'est ta robe de mariage mon amour... ». Elle leva un regard indécis et plein d'espoir vers lui, ne pouvant croire au bonheur que portaient ces quelques mots...

     Fin

  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Janvier 2007 à 11:12
    le dernier
    chapitre
    2
    Samedi 27 Janvier 2007 à 11:51
    j'adore
    les photos avec des miroirs, je ne sais pas trop pourquoi... une fin heureuse, une union qui scelle ces destins :) c'était beau, Lumière, merci... et bises coquines :)
    3
    Samedi 27 Janvier 2007 à 12:36
    ... Je transpire...
    Je ne sais pas pourquoi... Le soleil d'hiver, peut-être. Smack de plein midi...
    4
    Samedi 27 Janvier 2007 à 17:25
    re bonjour
    je tu elles ,j'aime bien aussi les miroirs et les fins heureuses
    5
    Samedi 27 Janvier 2007 à 17:25
    bonjour topo
    ouvres la fenetre s'il fait chaud ;) bisous
    6
    Vendredi 2 Février 2007 à 11:46
    c'est super excitant!
    mais les chaussures... aie aiee aie ! pour la robe ... ca existe en blanc le vinyle? ;))))bises
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Vendredi 2 Février 2007 à 11:47
    bien sur
    Claudia bises :)
    8
    Didierspeedy
    Samedi 17 Février 2007 à 22:16
    Super Bien
    Je ne suis pas venu sur ce site pour voir ces belles choses , mais à la recherche de grands Gifs de Ballerines . Bref , je vous mets dans mes favoris , car le peu que j' ai vu vaut mon ADMIRATION ! FELICITATIONS , je vais revenir , et continuer ma visite . SUPERBE et MERCI , Amities , Tendresse , et BIZZzz RICHARD ...A+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :