• Chapitre 5

    Chapitre 5




    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>Claire prenait un plaisir inconnu pour elle d'obéir ainsi à cet homme avec qui elle avait échangé si longtemps, qui connaissait ainsi d'elle plus que jamais personne n'avait connu, et avec qui elle avait eu son premier orgasme. Elle en était encore bouleversée, et lui obéir c'était maintenir cet état de densité incroyable qu'elle avait connu. Mais elle avait hâte de le revoir, et ces deux jours d'attente lui avaient parus si longs ! Elle n'était pas encore habituée ni à porter en permanence des talons hauts, elle fatiguait rapidement, ni à se sentir nue et transparente en permanence sans sous-vêtements. C'était une vulnérabilité qui l'excitait puisqu'il en avait décidé ainsi, et que chaque courant d'air sur son sexe était délicieusement troublant. Elle avait toujours peur de tacher sa jupe par son excitation, mais dieu merci, cela n'était pas encore arrivé.
     Tandis qu'elle rentrait de déjeuner un paquet l'attendait sur son bureau. Sans faire attention, Claire commença à le défaire et s'arrêta à l'odeur entêtante qui s'en dégageait, s'assura qu'elle était bien seule avant de continuer et d'explorer le colis. Un court mot de son Maître lui expliquait qu'il voulait qu'elle porte ces affaires pour ce soir, et ces affaires seulement, rien de plus. Curieuse, Claire vit d'abord une jupe courte et droite en latex noir brillant, qui ne devait pas descendre tellement plus bas que mi-cuisse, avec une large ceinture. La portant à son nez, l'excitation la prit de sentir cette odeur animale et qu'elle devrait la porter toute la soirée. Puis elle prit un magnifique corset de satin noir, qui semblait de très bonne qualité. Elle connaissait les goûts de son maître pour les femmes fortement corsetée, et elle était curieuse de découvrir la sensation que cela lui procurerait, et enfin, dernier accessoire, un très mince et très noir collier de chien, serti de pointes en argent. Hésitante Claire le regarda longuement, se demandant si vraiment elle oserait porter un tel accessoire. Certes c'était de plus en plus à la mode, mais ainsi vêtue avec le corset et la jupe, c'était très provoquant.
     La tête un peu vide, refusant de plus y réfléchir, elle rangea tous les vêtements dans son armoire et ce n'est qu'en revenant à son bureau qu'elle découvrir le second paquet. Il venait compléter le premier, et Claire découvrir une magnifique paire de chaussures à talon aiguille, très fines, avec une simple lanière passant autour de la cheville. La forme en était magnifique et en les admirant, Claire s'amusa à mesurer la taille des talons se demandant comment elle pourrait marcher avec ces 12 centimètres. Ne résistant pas à la curiosité, elle enleva ses chaussure, et essaya le dernier cadeau de son maître. Elle eut le sentiment de monter sur une marche et se retrouva quasiment sur la pointe des pieds, en équilibre précaire. Elle se sentait indécente, sa poitrine en liberté projetée vers l'avant comme un appel au mâle, le cul en arrière comme s'il était avide d'être rempli ou fessé ! C'est cet instant que choisi son patron pour rentrer dans son bureau. Il ne remarqua pas les chaussures de Claire masquées par le bureau mais se senti excité par la vue de sa secrétaire sans bien comprendre pourquoi. Décidément ces jours derniers elle changeait beaucoup et il pensait de plus en plus souvent à elle. Claire était très gênée, mais pris les notes demandées et s'acquitta de sa tache, toujours perchée sur ses nouvelles chaussures.
     Il était 21h30 et comme ordonné par Jean elle était sur le trottoir devant chez elle à attendre qu'il passe la prendre. Les conversations se taisaient lorsque les groupes passaient près d'elle, saisi par sa beauté et sa sensualité, ce qui la gênait encore plus. Et Jean la faisait attendre, sûrement pas par hasard.
     Elle avait commencé par le corset s'y prenant à plusieurs fois pour ne pas emmêler les fils et bien le positionner. Elle avait serré aussi fort qu'elle le pouvait, et avait découvert cette sensation d'être prise et maintenue avec beaucoup de plaisir. Elle ne doutait pas que plus serrée et sur une longue période cela devait être éprouvant, mais cette sensation d'une main géante la prenant et la tenant était très agréable. Et la vision dans la glace affolante. Sa taille marquée comme jamais, ses seins comprimés et débordant du corset, ses reins cassés, elle comprenait l'extrême sensualité dégagée. Avec les bas à résille qu'elle avait mis, le corset était légèrement tiré par le bas et elle même se sentait suspendue. Mettre la jupe ne fut pas trop compliqué et non seulement elle ne descendait pas en dessous de la mi-cuisse, mais en plus elle ne cessait de remonter. Elle serait rapidement indécente si elle ne faisait pas attention. Elle hésita longuement pour le collier, mais à quoi bon. Elle fut à la fois gênée et heureuse de voir qu'elle ressemblait à une chienne dans la glace, elle même était très excitée par la vision qu'elle offrait, encore plus provocante après être « monté » sur ces nouvelles chaussures.
    Enfin la voiture de son seigneur et maître apparue et elle se réfugia dans le sanctuaire de cuir et de métal avec soulagement. Leur baiser fut long et passionné et seuls les klaxons purent les séparer. Ce n'est que pendant le trajet, tandis qu'ils se parlaient doucement que Claire se demandait ce qui l'attendait durant cette première soirée avec cet inconnu qu'elle semblait connaître depuis toujours.
    <o:p> </o:p>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :