• Chapitre 3

     


     

    Chapitre 3 <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />



    - Bien, je voudrais que nous fassions plus intimement connaissance.- Oui Monsieur.Claire se sentait fébrile, ne pas le décevoir mais en essayant quand même de réfléchir, ce dont elle se sentait totalement incapable, le cerveau vide.- Tu vas descendre dans les toilettes, ceux pour hommes. Il y a une cabine pour handicapés, tu y entres, laisses la porte entrouverte, et tu m'attends à 4 pattes dans les toilettes, les fesses tournées vers la porte. Une multitude de questions et d'objections se formaient dans l'esprit de Claire, mais elle s'entendit répondre : - Oui Monsieur. Elle se leva et descendit les jambes flageolantes. Elle se disait simplement qu'ici elle ne risquait rien. Mais ce n'était pas d'une agression dont elle avait peur, mais celle de décevoir, de ne pas être à la hauteur, d'être nunuche. Les toilettes étaient heureusement vides, les toilettes pour handicapés sentaient la javel et étaient très spacieuses, son nouveau maître semblait bien connaître le lieu. Elle se mis à 4 pattes, le carrelage était tiède, probablement un chauffage par le sol. Pour lui plaire, elle cambra fortement ses reins et attendit, guettant le moindre bruit. Au bout de quelques minutes l'angoisse commença à l'habiter, et si un autre homme poussait la porte et la trouvait ainsi ? Un crissement de chaussure, impossible de savoir si c'était lui, et déjà la porte qui s'ouvrait. Elle reprit la cambrure de ses reins que l'angoisse lui avait fait quitter, essayant d'offrir de sa croupe la vision la plus prometteuse. Pas un bruit, la porte se referma, le verrou fut poussé, elle était là, à sa merci, offerte comme une chienne. La main de jean lui caressa doucement le dos, descendant sur sa croupe, serrant ses fesses pour en évaluer la fermeté. Puis elle descendirent dans l'échancrure de se jupe pour remonter sur l'intérieur des cuisses, qu'elle avait très douces. Il presse doucement la peau entre ses doigts, sentant la chaleur du sexe irradier sur le dos de sa main. Ses doigts remontèrent vers les grandes lèvres, les touchant comme par inadvertance. Claire eut un sursaut, comme une décharge électrique. Elle se sentait dégoulinante dans cette position, à se faire analyser comme du bétail. Elle sentit les doigts remonter jusqu'à son anus, se félicitant de son épilation, elle était impeccable. Elle tressaillit à nouveau lorsque Jean après avoir longuement tourné autour de l'anus, y exerça une pression de l'index, jusqu'à sentir qu'il s'évasait. Il fut surpris de sentir la douceur de son anus, mais surtout de le sentir lubrifié. L'avait-elle lubrifié artificiellement avant de venir ? Il lui demanderait plus tard. Ses mains sortirent de sous sa jupe et remontèrent le long de son corps à la découverte de sa poitrine. Elle était lourde mais plus dense qu'il ne le pensait, le faisant douter de ses 30 ans. Ses seins avaient la fermeté d'une femme bien plus jeune, ce qui n'était pas pour lui très attirant, préférant les poitrines plus molles sur lesquelles il pouvait jouer de façon bien plus amusante. Mais il saurait les rendre plus malléables ! En les massant, il senti que son corps à elle se mettait en mouvement et que ses fesses dodelinaient doucement au rythme de ses caresses. Elle aimait cela la garce! Il serra plus fortement, progressivement de ses doigts d'acier. Il la sentit haleter, le souffle coupé par la sensation, mais aucun cri ni reproche ne sorti de sa bouche ouverte. Il relâcha son étreinte doucement et progressivement. Une excitation profonde et visible l'étreignait. Il se plaça devant elle, ses mains caressant son long cou tendu, remontant sur sa nuque. Comme une chienne, et mue par un réflexe inconditionné, Claire tournait sa tête à la recherche des caresses qui l'enveloppait de frissons. Elle avait un cou très sensible et Jean le sentait très bien. La prenant fermement par la nuque, il la fit se redresser sur ses cuisses, le regard baissé, complètement offerte, les mains tournées vers lui en signe d'offrande. Il s'approcha, et l'embrasse violemment, d'abord sur la bouche, puis à la commissure des oreilles, la faisant profondément tressaillir. Une de ses mains s'insinua entre ses cuisses et plongea violemment dans son sexe trempé, la faisant bondir sous la caresse, avant de s'ouvrir encore plus pour que la main puisse pénétrer plus profondément dans cette intimité qu'elle désirait lui offrir. Il la fit pivoter et elle se retrouva sur le dos, les jambes relevées, la main de son maître caressant son clitoris, mélange de plaisir et de douleur, Claire ne savait plus où elle en était, obsédée par réguler son souffle et ne pas crier comme elle aimait le faire pendant l'amour. Les caresses se transformèrent en petites claques sur son pubis au moment où son plaisir montait, la faisant exploser d'un orgasme nouveau et violent. Elle restait sur le dos, groggy de plaisir. Il lui posa un baiser sur les lèvres avant de se lever et la laisser là toute seule. Elle n'avait pas desserré les lèvres et ses yeux étaient clos. <o:p> </o:p>

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Décembre 2006 à 18:28
    Bonjour
    Très joli texte. Réellement très bien écrit. Les autres candidats-anges ont du soucis à se faire pour l'épreuve écrite de vendredi... Bisous SARAH
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :