• Chapitre 10

     


    Chapitre 10





     

     


     


    Claire était très ébranlée par cette dernière matinée chez Jean. Une foule de questions se pressait. L'aimait il ? En quoi était il lié à cette jeune femme, Anne ? Comment pourrait elle parvenir un jour à supporter tout ce qu'elle avait subie ?Etait il un monstre de sadisme et elle, plongeait elle dans la folie pour être autant attirée vers lui ?Y avait il d'autres femmes dans sa vie avec qui il partageait cette intimité torride ?

    Après le départ d'Anne et Ludovic, Jean lui avait longuement parlé. Il établissait des faits et voulait qu'elle réfléchisse. Il lui avait montré une partie de ce qu'il aimait. Oui il aimait prodiguer du plaisir dans la douleur si sa partenaire aimait. Oui il éprouvait du plaisir à exercer cette domination. Oui il croyait qu'elle était faite pour vivre ce que vivait Anne et même au delà. Oui elle était encore libre, mais elle savait que si elle revenait demain vers lui, elle ne pourrait plus rebrousser chemin, et qu'elle se soumettrait corps et âme.

    Jean écrasa sa cigarette pensivement. Il revoyait l'air affolé de Claire pendant qu'il s'occupait d'Anne. Il ne l'avait pratiquement pas quittée des yeux, tout en prenant garde à la resistance exceptionnelle de son esclave d'une heure. Il se rendait compte qu'il avait été trop vite, mais qu'il était avide d'elle, et qu'il voulait partager toutes ces folies, et oui, avec elle. Il pensait qu'elle pourrait en être capable, mais il ne voulait pas l'abimer, au contraire, il voulait qu'elle se découvre et se transcende. Il avait envie de la protéger, de s'occuper d'elle, mais ne voulait pas trop s'engager.Or elle était dejà tellement confiante.Il était attentif à tout ce qu'elle lui écrivait tous les jours et sentait bien son évolution.

    Le diner tirait à sa fin. Claire avait été éblouie par la saveur et la finesse de la cuisine, par le ballet des serveurs stylés. Elle avait l'impression d'être le point de mire de la salle, ne portant que son corset et sa jupe, ses bas haut tirés, ses escarpins vertigineux et un collier de métal lisse que Jean lui avait offert avant d'entrer.Mais le champagne et les vins lui avaient vite fait oublier sa gêne, elle était radieuse. La soirée était exceptionnellement douce et ils enfourchèrent la moto de Jean pour se diriger vers le Bois de Boulogne.Arrivés dans les allées, Claire n'y tint plus, grisée par le vin, la vitesse, l'excitation, elle enleva son casque pendant que Jean ralentissait.Sa jupe s'était depuis longtemps retroussée et s'enroulait autour de sa taille.

    Des ombres furtives passaient ici ou là, mais elle ne remarquait rien. La moto s'arrêta, et Jean, après l'avoir longuement embrassée, la fit se mettre à 4 pattes. Il attacha une chainette à son collier et elle avança telle une chienne, se laissant guidée. Son excitation était telle qu'elle ne ressentit pas les petits cailloux qui la blessaient, qu'elle ne voyait pas les ombres se rapprocher. Quand ils furent sur la pelouse, Jean l'immobilisa et commença à la caresser, insistant sur ses fesses. Elle l'entendit enlever sa ceinture et sentit son cœur battre plus vite.Le premier coup la surpris, mais la combla aussi. La ceinture émettait des bruits secs et s'abattait largement, laissant instantanément des empreintes carrées sur sa peau.

    Claire se cambra davantage, s'offrant le plus possible.Mais très vite la ceinture cessa son manége, et elle sentit à nouveau ses mains chaudes sur ses épaules, puis d'autres mains sur ses fesses, ses cuisses. Les caresses étaient tellement excitantes qu'elle crut qu'elle rêvait et n'ouvrit pas les yeux. Des dizaines de mains la palpaient, lui écartaient les cuisses, les fesses, et elle se prêtait à leur investigation en s'ouvrant le plus possible.

    Alors elle sentit des doigts la fouiller, lui prendre doucement le sexe, lui ouvrir l'anus, et elle gémit de plaisir. Elle entendit confusément Jean répondre Oui à un murmure et une main lui redressa la tête, lui entrouvit les lèvres, et elle sentit l'odeur forte d'un sexe qui se pressait dans sa bouche. Elle en eu faim d'un coup, pour son Maître, et suca avec application ce membre qui grossissait rapidement sous ses coups de langue.D'autres mains lui ouvraient les cuisses et elle se retrouva empalée d'un coup sur un sexe qui lui parut lui aussi énorme. Son excitation était telle qu'elle ne pensait à rien d'autre que subir, s'offrir, s'exhiber, se faire prendre si telle était la volonté de Jean. Elle se sentait belle et désirée, elle se découvrait. Elle ne savait pas combien ils étaient ni combien de sexes s'étaient succédé dans son sexe, dans sa bouche, dans son cul.Le temps s'était arrêté, elle voulait prouver à Jean qu'elle était prête à tout. Elle avait les cheveux plein de brindilles et poisseux de sperme.

    Plusieurs hommes s'étaient déchargés sur elle et loin de se sentir souillée, elle se sentait paradoxalement victorieuse et comblée.

    Encore quelques murmures et les hommes s'éloignèrent les uns apres les autres. Jean la prit tendrement dans ses bras, la berça, et la ramena vers la moto. Il s'étonnait qu'elle soit si joyeuse, si détendue après une telle expérience. Il avait besoin d'être surpris sans cesse et Claire ne le decevait pas. En repartant, ils distinguèrent même un couple dans la pénombre que Claire voulu rejoindre, il refusa en riant.

    En arrivant chez lui, il la délivra de son corset dont les lacets lui marquaient le corps, et contempla les autres marques, celles de la soirée et d'autres plus anciennes, qui constellaient son corps. Il adorait ce calendrier de leurs amours sadiques. Cette nuit, Claire partagerait son lit.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Janvier 2007 à 23:49
    Bonne année Lume !
    Dis donc, ça chauffe dans les chaumières, aoutour des fins d'années. A part ça pour moi aussi 2006 a été une année très difficile. Pas pris de résolution encore, et peut être pas du tout... Dis-moi, comme j'ai connu la passion des poèmes grâce à toi, je voulais savoir si tu écris là-bas. Là bas, je suis "In Poésie". Porte toi bien et prends soin de toi. Bizzz, JB
    2
    Vendredi 5 Janvier 2007 à 20:00
    petit coucou
    et petit bisou en attendant le chapitre 11 Douce soirée, SARAH
    3
    Samedi 6 Janvier 2007 à 09:24
    bonjour Jb
    Bonne année à toi aussi. Pour repondre à ta question non je n'ecris pas sur in poesie, je n'ose pas je crois. Mais peut etre cette année vais je me lancer :) bises
    4
    Samedi 6 Janvier 2007 à 09:25
    bisous Sarah
    le prochain chapitre dimanche :)
    5
    Samedi 6 Janvier 2007 à 20:00
    Belle plume
    Alors là, tu me tues. Des gens qui écrivent BEAUCOUP moins bien que toi sur LPDP il y en a quelques uns. Les quelques textes que j'ai pu lire ici me rassurent amplement quant à ta capacité d'écrire de belles choses, et merci. Quand tu seras sur LPDP, fais moi signe, j'irai te lire assidument, c'est certain. Bizzz d'encouragement, JB
    6
    Dimanche 7 Janvier 2007 à 09:56
    merci
    Jb je vais reunir mesproses et je vais me lancer :)
    7
    Mercredi 10 Janvier 2007 à 19:13
    Je dois préciser
    que le rayon érotisme est fermé provisoirement sur LPDP, du provisoire qui dure. Bizzz JB
    8
    Mercredi 10 Janvier 2007 à 19:22
    je trouve
    ça dommage... bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :